{"src":"https:\/\/www.veryapte.com\/wp-content\/uploads\/2020\/06\/iStock-1153863127.jpg","id":"2411d67573151f1f2227694a0b6a4bae"}

Pour Camille, l’accompagnement EIC entrait dans sa démarche d’exigence et d’anticipation

Posté le 4 juin 2020

Camille MATHIAS, 39 ans, était juriste au secrétariat général du CIF de Bordeaux depuis 2008. Elle était d’ailleurs la seule juriste du CIF Sud-Ouest. Aujourd’hui, elle revient sur les bénéfices de son parcours EIC, jusqu’à son arrivée dans sa nouvelle entreprise.

 

Quels sont les éléments fondateurs d’un accompagnement EIC réussi selon vous ?

Dès l’annonce de la situation – la gestion en extinction du CIF -, je suis entrée dans une démarche proactive, en me disant que je devais profiter de toutes les opportunités. Je me suis donc tout de suite inscrite à l’accompagnement EIC, au sein de deux cabinets successifs.

Dans ma volonté d’anticiper, et d’exigence quant à mon avenir professionnel, j’ai assisté à de nombreux entretiens EIC, à une formation en anglais, à une autre en droit des contrats, de sorte à correspondre au marché du travail bordelais.

Je suis d’ailleurs fière de dire que j’ai trouvé mon nouvel emploi par mes propres moyens, tout en bénéficiant de ces avantages. Car les outils que l’on nous confie et notre référent nous motivent dans cette démarche. La recherche d’emploi s’avère donc plus efficiente. Par ailleurs, notre hiérarchie au CIF est bien sûr informée de notre projet de trouver un nouveau poste avant de quitter l’entreprise. Et elle nous fournit des références pour faciliter nos démarches.

J’ai ensuite été en mesure de refuser un poste qui ne me correspondait pas encore, en conservant la possibilité d’attendre celui qui serait conforme à mes critères. Et j’ai été épaulée et soutenue dans cet objectif.


Quels conseils pourriez-vous donner à une personne qui hésiterait à passer par cette étape ?

À vrai dire, je ne comprends pas que l’on puisse hésiter, alors que tous les moyens sont mis à notre disposition pour avancer. Autant trouver un emploi avant d’être mis devant le fait accompli. D’autant plus que le budget formation existe à cet effet. Je trouve que se servir de tous les outils, trouver le poste qui nous convient et quitter son poste actuel alors qu’il n’a pas encore été supprimé, représentent une chance à saisir.

Aujourd’hui, où en êtes-vous dans votre parcours ?

J’ai accepté un poste en CDI dans une banque comme je le souhaitais. J’ai ainsi pu concilier vie professionnelle et vie privée. Avec 3 enfants, j’avais des critères importants de ce côté-là. J’ai intégré le service juridique et contentieux de la banque CIC Sud-Ouest, en juillet 2016. Tout s’est donc bien passé, comme prévu.

Auriez-vous un mot, une phrase ou une image pour définir ou illustrer votre expérience (parcours EIC) ?

Le maître-mot pour moi est l’anticipation. À cela, j’ajouterais bien sûr l’utilisation des outils et les ateliers mis à notre disposition.