{"src":"https:\/\/www.veryapte.com\/wp-content\/uploads\/2018\/09\/5.jpg","id":"5c15bba30014e3b97742d7f6a5eb089a"}

Rachat de dettes : un succès reconnu par la place !

Posté le 10 septembre 2018

Fin 2017, le Crédit Immobilier de France lance une opération de rachat partiel de sa dette auprès des investisseurs. Ce projet a été initié par la direction financière en étroite collaboration avec les autres directions concernées. Clotilde Bouchet, directeur financier, en précise l’objectif : optimiser la trésorerie et réduire le coût de refinancement du groupe.

Ne disposant pas de dépôts clientèle, le Crédit Immobilier de France emprunte sur les marchés financiers chaque euro des prêts octroyés à ses clients.

Un climat favorable

 Compte tenu de la baisse des taux d’intérêt et de leur maintien à des niveaux très bas, le Crédit Immobilier de France a connu en 2016 et 2017 une vague de remboursements anticipés de la part de ses clients emprunteurs. Cela a permis au groupe de disposer d’une trésorerie suffisamment importante pour envisager, à son tour, une opération de rachat d’une partie de ses dettes auprès de ses investisseurs afin d’optimiser son coût de refinancement.

« Désireux de réaliser une proposition de rachat sur 4 lignes obligataires arrivant prochainement à maturité, nous avons donc choisi de suivre la méthode qualifiée d’adjudication à la hollandaise « modifiée » pour effectuer l’opération », précise Philippe Oriez, directeur délégué Refinancement et Relations Investisseurs au Crédit Immobilier de France. Il poursuit : « Grâce à cette méthode, nous conservions la liberté de retenir les lignes obligataires au regard du prix auquel nous souhaitions les acquérir. Nous accédions de fait à des offres plus optimales pour nous et pour les investisseurs, désormais vendeurs. »

 

Un projet fédérateur d’une efficacité exemplaire

La méthode retenue s’est révélée être un excellent choix et cette opération a été un véritable succès grâce à une très bonne préparation en amont. Il a fallu en tout et pour tout un mois pour élaborer, faire approuver et réaliser ce projet. « Tout s’est très bien déroulé en interne car nos objectifs étaient clairs et notre communication en externe a affiché, de façon transparente, ce que nous voulions obtenir. Les départements de la direction financière ont travaillé en totale synergie (refinancement et relations investisseurs, ALM, back office) et ont rapidement associé les autres départements participant à ce projet : contrôle des risques, fiscalité, comptabilité, etc. Un beau travail d’équipe ! »ajoute Olivier Airiau, directeur général adjoint Finances.

Une réussite financière incontestable

Outre le travail en interne, on peut saluer le travail que l’entreprise a effectué avec les banques. « Il y a eu une très bonne coordinationavec les trois banques qui ont participé à l’opération (Société Générale, Deutsche Bank et HSBC) »,indique Philippe Oriez. Il ajoute : « Les investisseurs ont répondu présents malgré le contexte financier actuel imposé par la BCE. Au total, 1,624 milliard d’euros ont été soumissionnés sur les 4 lignes obligataires, soit deux fois la volonté de rachat de l’entreprise ! » Cette opération a permis de renforcer la présence du groupe Crédit Immobilier de France auprès des investisseurs.

« Forts de la réussite de ce projet, il est évident que si les conditions se représentaient, nous n’hésiterions pas un seul instant à réitérer une telle opération », conclut Philippe Oriez.